Enfance et jeunesse

 

Le développement harmonieux de l'enfant et la conciliation de la vie professionnelle et familiale sont au cœur de l'initiative populaire sur l'accueil à journée continue plébiscitée par plus de 80% de la population en 2010 et de la loi sur l'accueil à journée continue adoptée en 2019.

 

Couplée à l'augmentation du nombre d'élèves à l'enseignement primaire de ces dernières années, la croissance bienvenue du taux d'activité des femmes a généré une forte demande de fréquentation du parascolaire en ville ces dernières années : près de 6'500 enfants sont désormais accueillis à midi, soit 2'000 enfants de plus qu'en 2012 ! 

Plus de deux enfants sur trois sont accueillis au moins 1 jour par semaine le midi et près d'un enfant sur deux est accueilli au moins 1 jour par semaine le soir avec un doublement du taux de fréquentation depuis 2005. La croissance des besoins va continuer et la ville n'aura pas d'autre choix que faire face à cette charge financière dynamique.

 

A Genève, le Groupement intercommunal pour l’animation parascolaire (GIAP) assure cette mission essentielle à la cohésion, l'inclusion et au vivre ensemble en délivrant les prestations d'animation destinées aux élèves de l'enseignement primaire qui fréquentent, au sein de leur école, le parascolaire le matin de 7h à 8h, le midi entre 11h30 et 13h30 et le soir après l'école entre 16h00 et 18h00, cela peut représenter pour un élève jusqu'à 50% de la journée passée dans l'enceinte de l'école. Les repas sont de la responsabilité des communes et gérés par celles-ci ou par les associations de cuisines et restaurants scolaires. Des activités découvertes le soir sont en sus déployées dans près de la moitié des écoles de la ville sous la responsabilité du département de la cohésion sociale et de la solidarité.

 

Dans un contexte d'augmentation sans précédent, les familles aspirent à disposer de solutions de prise en charge de qualité et adaptées aux mutations profondes de l'organisation familiale. 

Conscient de ces enjeux, le Conseil municipal a accepté en 2018 un crédit de 2.8 millions pour la réorganisation de la restauration scolaire et la rénovation des infrastructures. Il est effectivement essentiel que la ville garantisse la qualité des prestations et l'égalité de traitement entre élèves. Quant aux équipes parascolaires, elles sont garantes du bon fonctionnement du dispositif et je tiens ici à les remercier pour le travail exigeant et indispensable qu'elles assurent au quotidien.

 

Le succès du vivre ensemble dépend de la capacité de nos institutions à former et éduquer notre jeunesse en favorisant l'apprentissage, la connaissance et l'ouverture. Les activités parascolaires doivent contribuer au développement harmonieux de nos enfants dans un cadre sécurisant, mais elles ont aussi pour objectif de compléterles missions éducatives des familles et de l’école. 

Si les structures parascolaires font le maximum avec les ressources dont elles disposent, je suis convaincue que les changements sociétaux imposent de nouvelles actions qui sont à la mesure des préoccupations des familles. 

 

Je m’engage, avec les Socialistes, à 

 

  1. développer dans l'ensemble des écoles primaires de la ville "Les Ateliers Découverte" qui ne sont aujourd'hui disponibles que dans une école sur deux. 

  2. accroitre le confort des élèves pendant la pause de midi, en particulier celui des plus petits. Les lieux de restauration sont souvent trop bruyants alors que la pause de midi doit être un moment serein qui favorise l'attention des élèves aux apprentissages de l'après-midi. 

  3. renforcer les équipes du parascolaire notamment en augmentant à terme la proportion de personnel qualifié parmi les animateurs. Une meilleure qualification du personnel face aux enfants est indispensable pour répondre aux enjeux d'intégration et d'éducation inscrits dans la loi sur l'accueil à la journée continue. 

 

Retrouvez la motion que j'ai déposée au Conseil municipal sur cette thématique et l'article de presse du 04-02-2020 :